· 

Confinement sans rendement

Donc confinée, comme vous

Entre les jolis moments de méditation, yoga restorative ou yoga kundalini proposés avec générosité sur le net, que je pratique au quotidien et que je vous conseille

Entre les moments de marche sur ces bords de Marne que je re-découvre ou peut-être même découvre avec cette acuité visuelle et auditive que crée la privation.

Parce que j''ai bien conscience que je n'en profite jamais avec cette intensité-là, savourant plaisir et chance.

Si j'osais...

Et d'ailleurs je vais oser faire ce parallèle avec ma chute de cheveux, la perte totale de ma chevelure ....

 

Tellement normal d'avoir des cheveux !

 

Et je pourrai même ajouter me concernant : tellement normal d'avoir de beaux cheveux,  avec ce volume-là, cette souplesse-là, cette couleur-là  !

 

Ai-je considéré que cela pouvait être une grande chance ? 

Jamais 

Mais vraiment jamais 

 

Normal 

Tellement normal

Absolument normal 

 

Il en faut du chemin pour se regarder avec sincérité, mais à quel moment s'arrête -t-on au bord de ce chemin- là pour une pause qui permet d'en faire le constat ? 

Pas souvent 

Furtivement

 

A moins... 

A moins de n'avoir que cela à faire

A moins d'un confinement ...

Et encore ...

 

Nous avons tellement l'habitude ...pardon JE, j'ai tellement l'habitude de ne laisser aucun interstice de vide dans mon emploi du temps ...

Bonnes résolutions ou mauvaises obligations ?

J'avais même décidé que ce temps de confinement, d'enfermement chez moi serait le moment d'écrire ce livre que je porte, dont j'ai déjà extériorisé une grande partie sur des feuilles éparses.

 

Je clamais même haut et fort que cela devait être une réponse à une de mes requêtes envoyées à l'Univers et je m'excusais,

avec cet humour à deux balles dont je suis capable, d'avoir du coup fait confiner toute la planète !

Donc, je me suis inscrite à DES webinaires passionnants, vraiment avec des personnes inspirantes et inspirées comme Florence Servan-Schreiber entre autres.

Pour savoir comment on écrit ...trucs et astuces ...

Mais, vous le connaissez cet adage qui dit que le TROP est l'ennemi du BIEN ... ?

Je n'ai jamais eu autant de rendez-vous dans une journée, sous prétexte qu'il n'y avait pas de temps de trajet, pas de problème de stationnement.

 

Je vous le dis très sérieusement, j'ai frôlé le burn-out et je n'ai pas échappé aux migraines et insomnies digitales ! 

Le TROP est vraiment l'ennemi du BIEN.

Comme un enivrement, une ivresse, une boulimie ! 

 

Se remplir, se remplir, se remplir ...pour écrire mieux  ? pour écrire plus ? 

Pour écrire mieux ? pour écrire plus ?

Absolument pas ! plus le temps d'écrire une ligne, un mot, une phrase autres que des prises de notes !

 

Je n'ai jamais été aussi peu présente sur les réseaux sociaux : aucune publication sur le compte Instagram et la page Facebook Acceptetaperruque, ni  sur Fashion Perruque le Blog ...rien....nada ...

Pas un mot, pas un jeu de mots, pas un JE de MAUX 

 

Et pourtant,  j'imagine assez bien que certaines femmes dans l'obligation de porter une perruque doivent être un peu paumées, perplexes, peut-être avec des interrogations concernant l'entretien de ces cheveux-là surtout si elles profitent du soleil dans leur jardinéventuellement le renouvellement de leur prothèse capillaire ...

 

Et moi ...pas là !

Pas à cause du syndrome de la page blanche, je n'ouvre pas de page blanche, à aucun moment. Je ne peux même pa déterminer si je suis en manque d'inspiration.

 

Je suis juste focalisée sur toutes les pages blanches à remplir que devrait contenir ce livre, mon livre : j'en perds le fil, j'en perds la trame.

Mais quand le dé-confinement viendra ...

Il y aura un CONSTAT ! Qu'as tu fait de ton confinement ?

Comme une nouvelle version de la cigale et la fourmi...

Je ne l'ai pas faite seule, cette introspection.

Je dirai même qu'il y a eu deux moments forts et j'en remercie infiniment mes éclaireuses !

Je suis inscrite aux événements  du groupe privé Facebook, organisés par Anne-Sophie Gonnet et Sophie Haimart en parallèle de leur projet d'accompagnement au leadership au féminin.

Ce parcours porte un joli nom : le Réveil des Lionnes, reporté dans son démarrage pour cause d'hibernation prolongée en raison du confinement, évidemment. 

Le 22 avril, mercredi dernier, il s'agissait du troisième rendez-vous en ligne avec quelques lionnes, pas de lion cette fois-ci.

Petit aparté :c'est d'ailleurs ce qui me séduit dans la proposition d'Anne-Sophie et de Sophie . Il ne s'agit pas de reproduire certain leadership qui ne serait que  prise de pouvoir sur l'autre, il ne s'agit pas d'être contre mais avec !

Il n'y a donc pas d'exclusion du masculin : échanges, harmonie, complémentarité...

Le 22 avril ...souvenez-vous, le confinement a commencé le 17 mars, c'est notre troisième Zoom,

donc ce n'est pas que le début du cheminement.

Nous avons un petit travail de réflexion et d'analyse  à faire pour un retour partagé,  

mais juste commenté ou plus exactement coaché par Anne-Sophie ou Sophie.

 

Et, après le témoignage d'une belle lionne, je prends la parole : Pour me justifier de ce que je n'ai pas fait, de ce que je ne fais pas.

Pour m'auto-critiquer : procrastination, perfection, illégitimité.

Bref, tout y passe.

Mais avec l'âge, le mien, je commence à me connaître.

Et je sais que lorsque je "ratatouille" ainsi, c'est que quelque chose a été touché, loin, profond ... et surtout c'est à moi d'en assumer et accepter ce qui se joue... et de continuer à démêler mes pelotes de laine.

Ce que Anne-Sophie et Sophie ont bien compris.

Quelque chose de l'ordre de la pression que je me mets, des obligations que je m'impose 

Ce confinement n'était ni prévisible (avant la pandémie), ni prévu. 

Du temps donné certes, du temps imposé, du temps enfermé mais pas le même temps que d'habitude, non ?

 

J'aime vraiment l'appellation de ce projet "Le Réveil des Lionnes" il y a une résonance chez moi 

Est-ce à cause de mon ascendant astrologique : Lion.

Ou cette perruque que je porte désormais, tellement proche de mes cheveux d'avant.

En tout cas, cela crée le premier déclic, concernant ce que je suis en train de (re) jouer ...

D'autant que cette vue à 180°, je l'ai, moi, lionne de banlieue parisienne ..

Vous le savez peut-être ..le soir même ..je reprenais mon clavier : post sur mon blog, sur la page Facebook.

Mais ce n'est pas tout à fait fini ...et je crois que cela pourrait être la juste définition de la synchronicité  !

Je reçois le 24 avril, la news letter de Marjolaine Revel : très jolie rencontre, totalement virtuelle pour le moment mais avec qui j'échange très régulièrement, notamment sur sa future formation pour accompagner les projets d'écriture.

Et cela commence comme cela :

 

Bonjour, Patricia !

Alors, comment se passe ton confinement ?

Tu as été saisi d’inspiration et tu as fini d’écrire ton livre ? Tu l’as relu trois fois, corrigé en long en large et présenté à douze éditeurs ?

Comment ça, non ?

Qu’est-ce que tu attends pour t’y mettre ?

Il faut que tu crées !

Il faut que tu écrives !

Il faut que tu te réalises !

Il faut que tu fasses quelque chose ! Sinon, tu vas rater ton confinement.

J’ai horreur des injonctions. Les il faut que déclenchent automatiquement le radar de mon cerveau reptilien : je fuis. Les il faut que me contraignent dans un chemin tout tracé, emprunté par le plus grand nombre, quand j’ai envie, moi, de prendre les chemins de traverse encore inexplorés. Les il faut que me poussent plus que jamais à choisir les chemins de traverse.

Tu as écrit depuis un mois ? c’est bien.

Tu n’as pas écrit ? c’est bien.

......

 

Mais euuuuuuh !

Dingue non ???

Dingue oui !!!

 

Et, son témoignage me permet de comprendre que ce n'est pas  entre mes quatre murs que je peux être totalement  imaginative. Je commence à lâcher la pression de cette écriture-là, pour ce projet-là,  en prenant conscience que j'ai un style (que je veux) plus journalistique, qui se nourrit de la rue, du cinéma, de la presse, du théâtre, du street-style, d'expos.

 

Je comprends que ce n'est pas entre quatre murs que je serai prolixe et créative.

 

Dont acte !

Sauf que je déplace la pression sur d'autres tâches ...

Parce que quand même tout ce temps libre ...

 Tout ce temps de confinement !

Donc si je n'écris pas, je vais désencombrer, trier, nettoyer plus à fond que le nettoyage de printemps .....

Ben voyons ! 

Et pour le coup pas une injonction mais 3 ou 4 ! 

 

Sauf que je n'avais pas lu, savouré, dégusté en totalité la news de Marjolaine Revel.

J'y avais pris ce qui a résonné immédiatement en moi, pour moi, mais le reste, je l'avais survolé...

Et comme je décide de la relire, avant de lui en faire mon retour ...

 

Je comprends alors toutes les injonctions que je me suis collée, les IL FAUT QUE... TU DOIS...

 

Et ce temps de confinement m'ayant appris à dire aux personnes qui comptent combien elles comptent, combien elles ont de l'importance, un "merci" sincère, un "je tiens à toi", parce que rien n'est jamais normal, rien n'est à considérer comme normal, je fais ma déclaration à Marjolaine, comme précédemment aux Lionnes.

Marjolaine, si tu savais 

A quel point …tu as mis dans le mille : touchée et non pas coulée 
mais déculpabilisée !
Et puis tu imagines, après me croire illégitime sur le sujet, je décide que le confinement est l’enfermement qui va me permettre de my consacrer et du coup, je n’écris rien mais plus rien : ni sur le blog, ni sur Fb , ni sur mes petits carnets …rien de rien !
eT je te passe l’auto-flagellation, la comparaison de nullité évidente avec les autres influenceuses en tous genres ….
et puis en te lisant et relisant, je me suis donc collée plein d’injonction du genre nettoyage à fond, désencombrement, tri de paperasse etc etc ….
je ne respire plus 
je suis en apnée permanente
je me suis même demandé si je n’avais pas été contaminée ..;mais en fait je suis mon propre virus et merci infiniment de m’en faire prendre conscience ! 
 
Ta News letter : un cadeau
Pour cela et pour ce qui est à venir quand cela viendra ..;Merci jolie d’Ame !
 
Patricia 

 

Donc si je me résume :

Le confinement c'est être dans l'obligation de rester chez moi pour une période qui n'était ni prévue, ni programmée.

Je n'ai pas vraiment pris de vacances depuis si longtemps ... et ce temps devient vacant, lent.

Je ne sais pas la lenteur, mais j'ai envie, j'ai ce besoin de ralentissement, sans culpabilité.

 

Alors c'est décidé ...je m'évade des obligations, des injonctions, des comparaisons.

Je fais ce qui me plaît et je vous envoie des cartes postales de mes rêveries, envies, et autres ... en perruque, évidemment !

Infinie Gratitude pour toutes les lionnes qui lorsqu'elles vont se réveiller vont déchirer !

Pour toi aussi Marjolaine, mais tu le sais ...

Écrire commentaire

Commentaires: 0