· 

Hommage à Emanuel Ungaro

Emanuel UNGARO nous a quittés à quelques heures de Nöel !

Mon hommage 

en images

Et aussi cette perruque en aluminum créé par Emanuel Ungaro pour Marisa Berenson en 1966 

Il n'y a pas que les photos de ses collections pour lui rendre hommage.

Cet interview accordé en 1991 au magazine Madame Figaro, alors qu'il avait la réputation d'être un "taiseux",  regorge de pépites, de philosophie, de montras !

" L'argent n'a jamais donné de talent à personne, il donne le moyen de s'exprimer, c'est tout. "

" J'ai fait mien un mot de René Char : que le risque soit ta clarté " 

"Ce que l'on te reproche, cultive-le, c'est ce qui fait ta personnalité : cette phrase de Cocteau me va bien. Je revendique la rigueur et l'honnêteté intellectuelle, les excès et les folies, cette ambigüité, cette schizophrénie. On ne perd son ambiguïté qu'à son propre détriment."

 

"Avec des moyens qui sont probablement dérisoires, je tente de créer des choses qui enrichissent la pensée, le regard.

Notre métier est un métier superbe parce que, finalement, la rue, c’est une succession de mouvements dont nous sommes responsables. Qu’y a-t-il dans la rue ? Des êtres humains et des voitures. De la tôle et des tissus. Tout le reste est statique."

 

"Au paraître pour le paraître succède une façon d’exprimer sa propre vérité, de parler avec le vêtement. "

"J’ai le bonheur d’avoir auprès de moi une femme qui me respecte totalement ; c’est une femme qui travaille. Or une femme qui travaille est une femme libre et qui laisse son homme libre. C’est admirable de sa part de respecter cet espace dans lequel un homme doit continuer à être ce qu’il est. On ne transforme les êtres qu’en cadavres. Et puis, est-on capable d’aimer l’autre comme il voudrait être aimé ? Jamais ! Laura serait-elle heureuse si elle me savait malheureux ? En amour, je le répète, il n’y a que des preuves d’amour."

Écrire commentaire

Commentaires: 0