· 

Quand des petits trous font une alopécie

 

 

 

En pleine tourmente sociale au sujet de la réforme des retraites, source de stress dans tous les camps (si je puis me permettre l'expression), une photo officielle -puisque prise pendant son discours du 11 décembre - du premier ministre Edouard Philippe interpelle.

C'est la barbe !

Non...c'est sa barbe !

Comme cela interroge un peu, beaucoup sur pelade ou pas pelade dans la barbichette de notre premier ministre, cela m'a donné envie de me replonger sur mes débuts en alopécie et ce qu'est cette pathologie aussi imprévisible dans son irruption que dans sa guérison et les causes de son développement.

Le professeur Raymond Sabouraud, qui a d'ailleurs donné son nom à l'unité dans  l'hôpital St Louis consacrée aux problèmes médicaux de peau et de cheveux, a fait de nombreux travaux de recherche sur les maladies du cuir chevelu.

  

Mais dans les années 1930, il avouait : "Seule la pelade ne m'a pas livré son secret"

 

Hélas ........pour Nous, pour Vous, pour Toi, pour Moi !

Pelade universelle = sans cheveux, sans poils

Universelle !!

Il y a  un autre message à entendre dans ce mot, en utilisant le langage des oiseaux  mais peut-être suis-je trop concernée pour en trouver le pépiement.

Pelade UNIVERSELLE 

UNIE VERS CELLE...que tu vas devenir 

J'entends aussi le mot HIVER et ce sont vraiment des jours sans soleil, sans lumière, sans rayonnement,  qui s'installent symboliquement mais aussi le froid que ressent le crâne quand il est dénudé.

Froid = Hiver, Hiver= Froidure ...non ? !

Pourquoi ? Pour combien de temps ? une pelade

 

Evolution de la pelade ??

 

 

Guérison ? 

Dans combien de temps ?

Grâce à quels traitements ? 

 

Causes ? 

Je ne sais pas si on n'en sait rien !

Ce que je sais, c'est qu'on n'en dit rien sauf que ... et encore,  sous toutes réserves, cette pelade ferait partie des maladies auto-immunes 

 

Oh oh oh ! un début de piste ?

Maladies auto-immunes c'est à dire ?

Plus de 80 maladies auto-immunes recensées et en ce qui me concerne ? 

 

C'est quand même pas banal, que le lien dans ce cumul des pathologies me prenant moi-même pour cible n'est jamais été fait alors qu'ici ou là, sur les réseaux sociaux je lis le même genre d'accumulation pathologique.

 

"SOI" et "NON-SOI" ...effectivement de quoi parle -t-on ? 

 

Je trouve que cela sonne très "psychanalytiquement" comme dichotomie, et pourtant, que ce soit le corps médical ou certaines patientes, j'ai toujours essuyé du déni, concernant un lien éventuel qui tendrait à une raison, une explication,

entre psyché, émotions, et cette perte de cheveux. Et je respecte, évidemment les positions et ressentis de chacun.e.

 

En fait, le lien qui est fait entre "SOI" et "NON-SOI"  dans cet encart  (et vous pouvez le lire)  est très -toujours aussi - médical.

 

C'est donc la non-reconnaissance de composants de notre corps par d'autres composants de notre corps.

Du coup, ce sont comme des corps étrangers - alors que ce sont les autres qui ont besoin de lunettes, mais bon ...

 

Et c'est bizarre, cette similitude de comportements comme ici, dans le corps humain, ou ailleurs ! J'allais écrire dans la vraie vie, mais mon corps est la vraie vie et mes cheveux étaient ma vraie vie !

 

C'est donc incroyable que : 

ETRANGER ne signifie pas ETRANGE comme DIFFERENT, non, non ETRANGER sonne comme DANGER.

Et alors bienvenue l'infanterie lourde :  on détruit, on canarde, on pilonne, on écrabouille, on supprime...

Vous voyez, le parallèle que j'ai fait entre corps humain, vie quotidienne, citoyenneté, altérité.

 

Ainsi va la planète Terre.

Ainsi va le cuir chevelu !

 

 

 

Depuis 30 ans,  que j'ai vécu ce génocide cheveux, j'avais bien compris le principe de "quand le  corps se retourne contre lui-même".

Et,  pour moi, c'était vraiment le signe -il eût été bien que je réagisse quand c'était encore un signal- de mon rejet de moi-même (moi  m'aime pas), de mon manque de confiance en moi (moi m'aime vraiment pas ..), etc...

 

C'est pour cela que "SOI" &"NON-SOI" m'interpellent autant.

Et du coup, je replonge dans un petit opus passionnant, paru en 2014, écrit par Sandra Meshreky, psychanalyste et psychothérapeute..

 

 

Avertissement : pas de prosélytisme, juste mon ressenti.

Ce que je vous livre comme notes de lecture, ne sont pas des injonctions à ....

Si cela fait écho pour moi, cela peut vous heurter.

Je ne fais aucun prosélytisme mais, que vous le sachiez mes études ont été une maîtrise de psychologie, donc une légère tendance à chercher le Pourquoi du Comment.
Et surtout, quand la médecine traditionnelle ou allopathique ne m'a donné aucune réponse concernant cette alopécie, je me suis tournée vers des lectures abordant le poids des émotions sur les maladies, entre autres :

Louise Hay, Lise Bourbeau, Philippe Dransart, Christian Flèche et aussi Serge Marquis et son hamster Pensouillard 

 

Je me suis également mise à pratiquer le yoga et la méditation.

 

Avantages :

Ne plus être en force, en compétition avec moi-même, ni avec les autres d'ailleurs 

Etre plus douce avec moi-même

Ecouter mon ressenti

Juste m'écouter... 

 

Et aussi me poser, ne pas avoir peur des pauses 

 

Mes cheveux n'ont certes toujours pas repoussé mais l'acceptation s'est installée

Et cette acceptation -qui n'est pas la résignation - m'a permis de sortir de mon état de victime.

J'ai donc arrêté de "ratatouiller" mentalement que j'étais la plus malheureuse de la Terre et que je n'avais pas mérité cela .

J'ai arrêté d'être en colère ...

Accepter n'est pas se résigner

Accepter n'est pas se résigner, et je continue donc de lire et de m'informer pour notamment comprendre et trouver du sens à ce qui m'est arrivé.

Et y remédier éventuellement capillairement,  y remédier sûrement émotionnellement.

C'est une démarche archi personnelle.

 

Evidemment dans telle ou telle lecture, en extrayant telle phrase ou tel extrait, cela ne sera pas totalement factuel mais en vibration, en résonance avec mon histoire :

Vraie histoire ou celle que j'ai envie de me raconter, celle dont je pourrais être la vaillante héroïne ?

 

C'est le cas dans l'opus de Sandra Meshreky dont le titre est "L'enfant abandonné" où d'ailleurs, elle prend appui sur le livre - quasi introuvable à ce jour- de Danièle Pomey-Rey "Les cheveux et la vie"

Je cite Sandra Meshreky citant Danièle Pomey-Rey :

"Les causes de la pelade décalvante totale et de la pelade universelle sont encore mal connues. (...) C'est un deuil : la perte d'un être cher, (...), l'arrivée d'un puîné qui détrône l'enfant-roi, (...).C'est une peur liée à la mort. "

Et continuant, entre autres, page 48 : "La pelade est un conte d'hiver. Un conte de gel des sentiments. (...) le caractère physiquement indolore de la pelade m'évoque quelque chose du côté d'une anesthésie affective. "

 

Et Philippe Dransart dans "La maladie cherche à me guérir"  : "La perte des cheveux peut-être liée à de fortes tensions émotionnelles avec anxiété : "il y a de quoi s'arracher les cheveux " " page 106 

 

Je ne sais pas comment vous vous situez par rapport à cette pathologie :

Quel impact sur votre vie personnelle, professionnelle ?

Sur votre quotidien ?

Sur votre Féminin ? Féminité ? Féminitude ? 

 

Je serai ravie de lire vos témoignages, vos suggestions de lecture.

 

N'oubliez pas, si vous souhaitez que je vous réponde quand vous commentez, n'omettez pas votre adresse mail ou écrivez moi directement sur hello@acceptetaperruque.com

Et puis abonnez vous à la news letter 

A suivre : la liste des livres qui m'ont éclairés ....

Écrire commentaire

Commentaires: 0