· 

Ma perruque laisse-t-elle à voir autant que des cheveux ?

Un peu de retard dans mes lectures mais quand l'automne fut venue, pelotonnée sur mon canapé, je me rattrape, je rattrape ce temps- là !

Le pouvoir de nos cheveux : quel pouvoir ?

 

- Celui de changer d'apparence, en changeant de couleur, de longueur, de coupe ?

- Celui d'être un baromètre d'un état de santé physique ou émotionnel ?

- Celui d'être un indicateur de notre personnalité suivant le style de coiffure que nous arborons ? 

- Celui d'être un outil de décryptage de nos qualités et éventuellement défauts , 

Peut-on considérer que les mèches d'une perruque vont dire la même chose que ce que murmurent les cheveux à l'oreille de ceux qui les décryptent ? 

Parce qu'une perruque est parfois soumise à contrainte de fabrication.

Et que nous sommes soumises parfois aussi à contrainte de budget !

Si votre perruque n'a pas de tulle cinéma frontal, ce n'est pas très évident de balancer vos cheveux vers l'arrière même si vous avez envie d'aller de l'avant, particulièrement vers l'avant.

 

Des mèches resteront folles ou sages sur votre front, voire même une frange, pour cacher la bordure de cette prothèse capillaire.

 

Et l'emplacement de la raie de votre modèle peut vous être totalement imposé par le fabricant de cette chevelure dès lors que l'implantation n'est pas sur de la micro-peau.

Raie à droite, à gauche ou au milieu, qu'est ce que cela dira de vous, puisque vous ne l'avez pas décidée ? 

 

 

Le pouvoir des gestes que nous avons dans nos cheveux

Un prothésiste capillaire se doit :

- de vous observer, surtout si vous venez choisir votre prothèse capillaire avant la perte totale de vos cheveux,

- sinon de vous questionner.

 

Je me souviens d'une délicieuse personne que j'ai accompagnée et qui souhaitais "le must", "le best" pour cette période d'alopécie totale : elle souhaitait  donc du tulle cinéma pour pouvoir être coiffée en arrière sans que quiconque ne soupçonne qu'elle porte une perruque.

 

Il ne me semblait pas l'avoir vue, dans une gestuelle ébouriffant ses cheveux !

Mais, dans le doute, nous essayons un modèle correspondant à ce "plus"  qu'elle souhaitait  : au bout de 3 minutes, que dis-je, 3 secondes, elle ramenait des cheveux sur le front, sur les oreilles , sur les tempes ! 

Je la recoiffe un peu en arrière, sans rien dire : et hop !

Quel intérêt de dépenser une somme beaucoup plus importante pour ne pas en avoir le bénéfice, d'autant que le tulle cinéma en vieillissant peut s'abîmer et devenir blessant, gênant et désagréable.

 

C'est très, très important d'observer, de recueillir des informations visuelles à partir de la gestuelle de votre cliente : c'est le pouvoir de ses cheveux allié à votre pouvoir de conseiller capillaire : la meilleure combinaison pour le bon choix.

 

Et puis, nous, clientes, nous hésitons parfois, nous ne savons plus trop ce que nous voulons, ce que nous avons aimé, nous n'arrivons pas à nous projeter  !

Mais, en nous ayant observées, regardées, vues, vous pourrez nous dire quel modèle nous avons adopté, presque à notre insu  : car c'est celui où nous avons eu les gestes que nous avons dans nos cheveux ! 

Nous les reproduisons spontanément dans la perruque : une mèche derrière l'oreille, une frange qu'on re-lisse, comme une signature.

 

J'ai eu le plaisir et le bonheur de croiser plusieurs fois la route de Marc Dugast, passionnant et passionné, créateur de la "Morphocoiffure", nos cheveux livrent sur nous-même plus que nous l'imaginons.

 

Et c'est pour cela, sans doute :

- Qu'il faut s'habituer à moins ou plus du tout de volume quand on est sans perruque ou sans volumateur : qui suis-je donc ?

- Qu'il faut s'habituer à cette matière qui ne réagit pas pareil que nos cheveux d'avant : ces interdits, ces impossibilités de coiffage, de coiffure parfois.

 

Mais peut-être que cela peut avoir des avantages, d'être moins lisible, donc moins prévisible, moins conforme, moins formatée, moins cataloguée, moins "cataloguable" !

Le pouvoir d'une perruque comme celui des cheveux

Accepter sa perruque, c'est la vivre comme ses cheveux !

A cette différence, c'est que votre choix de perruque, votre (éventuelle) transformation capillaire n'est pas définitive, voire irréversible.

 

Ce dont vous aviez éventuellement rêvé avec vos cheveux naturels mais pas osé : c'est possible !

 

Perruques changeantes, longueurs et coupes différentes, couleurs extravagantes, cheveux raides ou bouclés, courts, très courts, longs, mi -longs, vous pouvez tout tenter au fil de vos humeurs, de vos envies, de votre vie.

 

"Jouer avec votre image ...s'affirmer et se protéger , ordonner vos cheveux comme votre personnalité " ?

Oui évidemment mais en pleine conscience.

 

J'aime et je suis à 200% d'accord avec le Dr Sylvie Consoli, dermatologue et psychanalyste qui, dans cet article, donne son point de vue sur les changements d'image avec les cheveux, grâce aux cheveux.

 

Pour moi, c'est encore plus vrai et surtout possible avec les perruques (nonobstant le prix !), je la cite donc : 

" ...de multiples transformations ne traduisent pas forcément un esprit instable. C'est important de savoir jouer avec son image. Le jeu prouve une capacité à prendre du recul avec soi, une certaine souplesse de fonctionnement psychique, une vie imaginaire riche. Comme lorsqu'on se déguise ou que l'on met de l'originalité dans sa tenue vestimentaire." 

 

Finalement, j'en arrive souvent à la même conclusion : ce n'est pas la perruque le problème (à part son prix et son remboursement ) c'est la perte des cheveux.

Et d'ailleurs, dans ce même article où la pelade est évoquée sur 4 lignes concernant Marie- Antoinette, et 4 lignes nous concernant, aucune information renversante ou renversant notre système pileux : 

"Certaines maladies, comme la pelade, (qui entraîne la perte des cheveux par plaques) impliquent des facteurs psychologiques tels qu'une séparation mal vécue "  in Psychologies Magazine Hors Série -Agnès Rogelet-

Commentaires: 0