· 

Accepter sa perruque et la vivre comme ses cheveux

Vivre sa perruque comme ses cheveux : c'est comment dans la vrai vie ?

J'avoue que ce mantra peut sembler très facile à asséner mais pas forcément à pratiquer.

 

D'abord, cela sous-entendrait qu'on vit ses cheveux et là, écrit, posé ainsi, cela n'a absolument aucun sens.

Vivre ses cheveux ? !

Parce que justement, ses cheveux, on ne s'en occupe pas plus que cela.

Enfin si :

- les laver à une fréquence qui est personnelle

- les lisser, les boucler,

- les attacher flous ou stricts

- découper dans les magazines la coupe qu'on voudrait avoir mais que la nature de nos cheveux, notre visage ne permettront jamais

Donc, ces gestes là, ces envies se vivent avec une perruque aussi, c'est bien, mais...

Mais, on ne passe pas son temps, quand on a des cheveux, à vérifier qu'une mèche n'est pas anormalement de travers, le "anormalement " trahissant qu'on a des cheveux !

On ne passe pas son temps à vérifier dans le moindre reflet de soi-même, une vitrine, un miroir, un rétroviseur, que cela ne se voit pas qu'on a des cheveux 

Quand on a des cheveux, cela se voit, enfin on ne se pose pas la question, c'est normal, c'est la norme...

Et si, c'était être TROP parfaitement coiffée qui trahissait vraiment la perruque ?

Parce que sincèrement, qui est toujours impeccablement coiffée ?

- après avoir couru pour grimper dans CE métro,

- enlevé ou mis une capuche parce qu'il pleuvait,

- fait un gros câlin à son gamin en le laissant à l'école,

- fait un autre gros câlin à son amoureux au moment ...- on s'en fout du moment - 

- s'être ébouriffée la tête en réfléchissant à son prochain sujet de post pour son blog,

 

Avec des cheveux ? Personne

Avec une perruque ? TROP de personnes 

D'ailleurs, ce style capillaire, c'était vraiment le vôtre avant la perruque ?

Vous étiez très BCBG, genre BIEN COIFFEE, BRUSHING GENIAL ? 

Parce que même avec une coiffure très coiffée, difficile d'échapper, à minima, à la météo.

 

Il me semble que cette QPCA, pardon cette Quête de la Perfection Chevelue Absolue, trahit davantage le fait de porter une perruque et surtout, cela vous empêche de vivre, de respirer, d'ETRE tout simplement.

Sois bien coiffée, sois mal coiffée, mais sois TOI tout simplement

Vous le savez, je parle en grande connaissance du dossier "Alopécie" : d'ailleurs, je me demande parfois quelle étape j'aurais oublié de vivre. Je crois même que sur ce parcours, j'ai dû en créer des nouvelles et improbables, tant il m'a fallu de temps pour ACCEPTER MA PERRUQUE.

Et dans quelques lignes, vous allez comprendre que parfois, malgré tout, chasser le naturel n'est pas si simple, chasser l'auto-critique définitivement, pas si évident !

 

Donc j'ai pris conscience que j'avais accepté ma perruque, quand je n'ai plus pensé perruque mais cheveux et surtout que être bien ou mal coiffée n'était PLUS une préoccupation et que le plutôt "mal coiffée", mon naturel était revenu au galop.

 

En fait,  je ne me pose plus jamais cette question : est ce que l'on voit que je porte des cheveux ...oups ! une perruque ?

Plus jamais de plus jamais.

Je vis, je marche, je médite, je vais à mon cours de yoga, je me blottis dans les bras de ceux que j'aime, je mets des chapeaux après lesquels je cours quand le vent me les subtilise, j'enturbanne des chèches, je gère les allers et venues de mes lunettes de soleil mais aussi de vue du sommet de ma tête au bout de mon nez et retour sur le sommet de ma tête,  j'essaye des vêtements dans une boutique,  j'embrasse qui je veux, je ris, je ris, je ris..

 

Je suis mère, copine, voisine, entrepreneure, nièce, cousine, amoureuse,  amie, méditante, militante, en perruque, avec une perruque, en cheveux, avec ces cheveux-là.

 

Bien coiffée ? 

Mal coiffée ? 

Personne n'y fait attention si moi je ne psychote pas sur mes mèches de cheveux

Perruque ? 

Pas perruque ?

Personne n'y fait attention si moi je ne psychote pas sur mes mèches de perruque.

 

Si vous ne retenez qu'une phrase de mon article, mais deux seraient encore mieux :  celle juste avant et celle qui va suivre :

C'est vous qui vous trahissez, c'est vous qui trahissez votre différence capillaire

Tous vos petits gestes vont créer la suspicion chez votre interlocuteur ou la voisine/sardine dans les transports en commun, ou la boulangère, ou votre banquière...

Un tic ? non 

 

Et toc !

Genre : "pourquoi elle touche toujours ses cheveux  ? aah mais peut-être que ce ne sont pas ses cheveux ? d'ailleurs elle est vachement trop bien coiffée ? et puis cette couleur sans racines, elle a dû aller chez le coiffeur hier mais non c'était dimanche aloooooors elle fait sa couleur la nuit ou quoi ? ....à moins que ...non mais vraiment elle est hyper, supra narcissique pour se regarder dans les lunettes de soleil du mec devant elle ...y'a un truc, et chaque fois qu'elle se regarde elle touche ses cheveux.. perfectionniste à moins que ..."

 

Et vous savez ce qui se passe à cet instant là ? le regard, leurs regards deviennent insistants même que, s'ils osaient, ils toucheraient vos cheveux ou poseraient la question. 

Et plus ils sont insistants, plus vous rentrez sous terre ...mais avant de vouloir disparaître, vous allez évidemment vérifier, que votre perruque n'a pas bougé, est impeccablement coiffée....

Cercle tristement infernal 

Histoire vécue et pas qu'une fois...

 

Alors ...

Soyez bien coiffée ou mal coiffée mais soyez VOUS, juste VOUS 

Et puis, en douce ou la tête haute,  regardez les cheveux de celle ou celui qui vous dissèque de son regard ...

Et .... et......sans commentaires  

En fait, accepter sa perruque c'est l'oublier mais ne pas oublier de se coiffer ...

Parce que du coup, c'est tout à fait moi cela !

Ne plus y penser du tout ... or il est quand même des moments où c'est important de vérifier sa coiffure, cheveux ou perruque, juste pour être davantage à son avantage.

Pour tout vous dire, cet article pour lequel je remercie la journaliste m'a permis de retrouver des relations- apparemment  lectrices de MAXI, perdues de vue depuis trop longtemps, quand je dis longtemps : avant ma perte de cheveux .

Donc je n'ai pas changé !

Donc tout à fait moi, tellement moi !

 

Dans mon entourage, personne ne m'a parlé de mon ébouriffage total, je n'y ai absolument pensé, le photographe non plus : j'étais en action, dans l'action et c'est ainsi.

 

Je m'excuse juste un peu auprès d'Ellen Wille et de sa team : je ne suis pas forcément la meilleure de leurs pubs pour le modèle GAME de sa collection CHANGES ...

Sorry Madame Wille .

Écrire commentaire

Commentaires: 0