· 

Quand PERRUQUE, le mot, n'est plus TABOU

Quelque chose est en train de changer dans le monde de la coiffure ou plutôt de la métamorphose capillaire et j'en suis ravie !

Stars et perruques

Les stars ne cachent plus qu'elles portent une perruque !

C'est sûr que nous n'avons jamais douté que Sia, Lady Gaga ou Katy Perry (entre autres) portaient des perruques tant elles avaient opté pour des chevelures extravagantes dans le stylisme, la couleur, et la démesure : une façon de marquer leur personnalité, de se démarquer ou de se faire remarquer .

D'ailleurs, ces artistes se montrent très, très rarement  au naturel, "en cheveu naturel", tant la perruque fait partie de leur personnage, au quotidien.

Ne pas casser le mythe ! 

Etre Star, de la racine à la pointe de leurs créations capillaires !

Entretenir le mystère autour de leurs vrais cheveux ..

En tous cas, je les adore ! 

Elles sont des porte-perruques, euh  pardon !...des porte-paroles de la perruque, des icônes qui assument et j'aime vraiment.

Autre "cas" : Britney Spears

La médiatisation de son "pétage de plomb" ne laissait pas planer le doute concernant les cheveux qui ont suivi : des perruques forcément, des perruques obligatoirement !

Ce qui m'a toujours surprise concernant cette jeune femme, c'est que ses prothèses capillaires étaient bien cheap ! 

Tellement visibles  mais pas par créativité, originalité, plutôt par manque de qualité, de soins, d'entretien, de propreté !

Pour un rôle au cinéma, ont-elles choisi de porter une perruque ?

Mais, celles que je veux évoquer, sont plutôt les actrices et  comédiennes dont la transformation capillaire pour un rôle laissait penser qu'elle avait été effectué sur leur chevelure : changement de couleur, coupe plus courte, frange ...

Discrétion, réalisme sans excentricité, un peu comme Madame Tout le Monde.

 

Comme Angelina Jolie pour le film Salt :

coloration ou perruque ?

 

 

Ou Katie Holmes ? 

Nouvelle coupe de cheveux pour changement de vie ou perruque pour s'affranchir ? 

 

Ce qui ne se disait pas, se clame haut & fort maintenant !

Ma réflexion naît de cet article, paru cette semaine sur www.elle.fr, concernant le prochain rôle de Laura Smet où il est dévoilé qu'elle dissimule ses cheveux naturels sous une perruque courte, asymétrique, et brune pour jouer la Garçonne.

De même, Salma Hayek, qui devait devenir blonde pour un personnage, a partagé sur son compte Instagram les différents essayages de perruques.

Et Céline Dion  vient de faire la couverture ELLE US et un shooting pour Harper'sBazaarUS, totalement transformée par des perruques. C'est dit, c'est écrit !

Vous allez me dire : "oui, bon Ok "
Lors d'un déjeuner hier avec ma "Sherlock Holmes de la perruque" (elle détecte toute perruque même indétectable !) nous avons échangé sur ce sujet. 

Parce que ce qui a changé, et pour moi c'est un mouvement extrêmement important, c'est qu'aujourd'hui on le dit, on l'écrit : quand il y a changement capillaire, il ya perruque.

Les mots ont un poids

J'ai connu cette période où l'on faisait des périphrases pour éviter de dire PERRUQUE, où les staffs des marques organisaient des brainstormings pour inventer des mots qui remplaceraient PERRUQUE.

En ce qui me concerne, le mot perruque ne me gênait pas.

Ce qui me gênait c'est l'obligation d'en porter une à cause de mon alopécie totale.

Pour moi PERRUQUE était un mot chargé de souvenirs positifs :

- quand je me déguisais, petite fille, en indienne avec une perruque noire et nattée,

- quand je participais à des shows Coiffure où pour le plateau final, comme le bouquet final d'un feu d'artifice, les Hair Stylist déployaient tout ce qu'il était possible d'utiliser en rajouts, extensions, et autres faux cheveux pour en mettre plein la vue !

Perruque était un mot qui contenait une transformation magique pour être autre ou mieux.

Alors, le débat orchestré par celles et ceux qui n'en portaient me semblaient à côté de la plaque (de pelade)

Par contre PROTHESE CAPILLAIRE ...oh my God ... : quelle raideur, quelle rigidité dans cette expression (officielle pour le monde médical et administratif)

L'impression, dont j'ai mis si longtemps à me départir, d'avoir un casque, de mettre la tête dans un carcan qui allait m'empêcher d'être, en toute légèreté, de continuer à vivre ma vie normalement : c'était contenu dans l'expression !

Mais c'était avant !

Quand le mot perruque n'est plus tabou

Il m'a aussi semblé, ces dernières années, que le synonyme de "porter une perruque " était "être en chimiotherapie" ou "avoir un cancer".

La perruque - objet ou vocable- renvoyait systématiquement à un drame absolu, une maladie très grave.

 

C'est pour cela que je me réjouis :

- que les mannequins, les actrices et comédiennes se transforment avec des perruques et le disent !

- que les journalistes de la presse Beauté, des rubriques Coiffure en parlent, et écrivent que c'est une perruque qui est à l'origine du changement capillaire ou de la transformation de telle ou telle ...

 

De la légèreté, de l'authenticité, et de la dédramatisation ! 

La mode, la mode, la mode .... 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0