· 

Juste le titre du dernier livre de Guy Corneau

 

 

Le dernier et nouveau livre posthume de Guy Corneau est disponible en France depuis le 6 mars dernier.

J'espère qu'il ne sera pas le dernier-dernier et que Guy Corneau a laissé de nombreuses autres notes que sa Team pourra éditer pour notre plus grand Bien-Etre !

 

"Mieux s'aimer pour aimer mieux "

 

Je ne l'ai pas encore lu mais comme le titre me parle, déjà !

Comme cela est en résonance avec le début de mon alopécie, ce moment où tu ne comprends rien à ce qui t'arrive, où cette image ancestrale et obsédante de cette "mémoire dite inconsciente et collective" te poursuit....

 

Mais quelle image ?

Laquelle ?

Laquelle ?

Laquelle ?

Laquelle ?

Dans cet album-photo étiqueté "Mémoire collective " ou et surtout "Inconscient collectif " c'est la  seule vision, ou plutôt la seule visualisation de femmes sans cheveux que nous ayons, toutes et tous, qui que nous soyons, quel que soit notre âge, etc..

Je reviens au  mot "vision" plutôt que "visualisation, je choisis le mot "vision" plutôt que "visualisation" parce que la plupart du temps, il est accolé à "horreur" :

VISION D'HORREUR !

 

Vous connaissez l'expression ?

Alors ....

Une femme sans cheveux ?

Une femme rasée ?

Une femme tondue ?

 

VISION D'HORREUR ? 

Oui ! VISION D'HORREUR !

 

Et même ...CONCEPT D'HORREUR  

si une femme est punie d'avoir été Femme en étant privée de ses cheveux,

si une femme est exclue  de son identité de Femme en étant privée de ses cheveux !

puisque cheveux et féminité sont si intimement liés que sans cheveux tu n'es pas femme ("tu nais pas femme" alors quel sexe ?), qu'une femme se doit d'avoir des cheveux ?

 

Et, cette image enfouie dans notre inconscient collectif  explose lentement mais sûrement, dans les premiers regards que nous posons sur nous, sans cheveux, sans perruque, dans le miroir : une sorte de vision d'horreur.

 

De l'inconscient collectif à l'inconscient personnel 

De la mémoire collective à ma mémoire  personnelle

Qu'ai-je fait pour être punie dans le symbole universel de la féminité ?

De MA féminité ? 

Pour ne plus paraître Femme ?

 

Et s'inscrit la dépréciation.

Et s'inscrit la dé-féminisation.

Et s'inscrit la dé-sexualisation 

Et s'inscrit le dé-samour de Soi.

La honte aussi, parfois, souvent, trop souvent .

Et  dans le rejet de Soi, le rejet des Autres : "Comment peux tu m'aimer, me désirer moi qui ne suis ni aimable, ni désirable ?"

En l'occurrence, "ni aimable, ni désirable" sous entendant "je te rappelle que je n'ai pas de cheveux !!!!"

 

"Mieux s'aimer pour recevoir et apprécier l'amour de l'Autre, des Autres" 

 

Il en faut du temps pour :

Accepter sa perruque mais pas que !

Accepter sa chauvitude totale ou pas !

Se réconcilier avec cette féminité, son corps de femme, son sexe de femme

Se connaître et se reconnaître pour s'apprécier, s'aimer et se tourner vers les autres .

Merci Guy Corneau !

Tu me fais avancer dans chacun de tes livres.

 

Si vous ne l'avez jamais lu, je vous le conseille vraiment, vivement.

Rien que les titres de ses ouvrages sont chahutants et ouvrent la porte à des réflexions personnelles et émotionnelles,

des voyages interpellants, au coeur de soi-même et plus si affinités,

comme vous venez de le constatez.

Sans oublier et déjà 25 ans !

Écrire commentaire

Commentaires: 0